DDEN52

Assemblée Générale du 17 mai 2017

Documents annexes

Résolution Resolution generale 2017Resolution generale 2017

Comptes annuels Previsionnel 2017Previsionnel 2017

Rapport moral 2017

Assemblée générale du 17 mai 2017 au Collège La Rochotte à Chaumont  

                                                                                                                              Rapport moral.

                                   

                                      Détermination dans la défense des principes.

                        

                         A vous chers collègues DDEN, Présidents d’associations Partenaires, à vous tous amis de notre Ecole publique, je vous remercie vivement d’avoir bien voulu nous rejoindre à notre assemblée générale. Je vous l’avoue ,ce moment où j’attaque ce rapport moral me laisse perplexe et inquiet ; les événements tragiques qui nous ont frappés, les turbulences qui agitent ces échéances électorales ne nous rassurent pas vraiment sur le maintien de la plus grande sérénité  à l’Ecole. Très fréquemment, la Laïcité, la gratuité de l’Enseignement, la fraternité, la solidarité  sont souvent remises en cause et, à l’époque où nous sommes confrontés à l’émergence des communautarismes multiples, à la croissance d’un individualisme avéré au détriment de la solidarité , à la tentative d’ingérence de la religion dans  les affaires publiques, au risque de plus en plus marqué de l’immixtion  des idéologies les plus diverses dans la sphère publique, l’Ecole laïque reste l’un des plus grands et meilleurs garants d’une formation respectueuse de tous et de chacun, quelles que soient leur religion, leur couleur, leurs différences sans oublier athées ou agnostiques.

                          Oui c’est le rôle, le devoir, l’obligation de notre Ecole de ne pratiquer aucune exclusive. Le chemin à emprunter ne nous laisse pas le choix. Prétendre appliquer un pluralisme respectant la totalité,, l’intégralité des pratiques, coutumes, croyances et traditions serait illusoire et conduirait très probablement à privilégier une conduite, un comportement, une position non conformes à ce principe de laïcité. Non, l’Ecole a ses règles, ses programmes, elle s’inscrit  dans les valeurs de la République. Elle met en place des démarches au caractère universel, c’est-à-dire acceptables de tous. En fait il s’agit pour elle de proposer le plus grand dénominateur commun circonscrit par les lois de la République. C’est dans ce registre que s’inscrivent les actions et interventions des DDEN. Leurs références s’identifient à la devise de la République : « Liberté-Egalité-Fraternité » devise à laquelle nous ajoutons volontiers la Solidarité. A ce sujet ne serait-ce pas utile de rappeler l’obligation pour les collectivités en charge des bâtiments scolaires, d’apposer cette inscription à la façade des écoles, comme le stipule la loi 595 du 8 juillet 2013 ?.

                    Oui cette école , en référence à la loi de 1905,reste l’école de la liberté, une école sans prosélytisme, sans à priori, sans idéologie partisane, sans dogmatisme, mais aussi une école formatrice et libératrice en capacité de promouvoir le vivre ensemble, dans la plus grande diversité.

En Haute-Marne : Ruralité- disparité des situations.

                  Au niveau départemental, si la Haute-Marne dispose d’atouts indéniables, elle ne manque pas pour autant, de  soulever bien des inquiétudes : diminution  de la population, désertification des campagnes, dispersion de l’habitat, suppression incontournable de classes et d’écoles, partage différencié de la compétence scolaire, des transports entre collectivités et services divers multiples et variés, difficile sécurisation des locaux, donnent lieu à des réponses différentes et parfois quelque peu distantes des principes ci- devant énoncés . Difficile parfois pour nous DDEN de  parler non pas d’égalité mais plus simplement d’équité au niveau de l’accueil et de la prise en charge de nos jeunesSi nous constatons un effort plus que méritoire des différentes parties prenantes dans les moyens mis en oeuvre, de nombreux points ne manquent pas de nous interpeller .

            Au niveau scolaire, au-delà des difficultés rencontrées dans le fonctionnement des écoles primaires réduites à 2 classes par exemple ou pour les remplacements parfois problématiques, difficultés dans la prise en compte délicate d’élèves en situation de souffrance, dans le renforcement encore nécessaire des dispositifs d’aide et de soutien déjà mis en place , c’est la période hors temps scolaire qui marque les plus grandes distorsions dans la prise en charge de nos petits haut-marnais. Si les uns sont scolarisés sur place et peuvent à la pause méridienne ou bien revenir déjeuner à la maison, ou bien  choisir la restauration scolaire et profiter ensuite des animations, d’autres moins privilégiés se lèvent plus tôt pour prendre le bus, ne sont pas ramenés à leur domicile à midi et doivent nécessairement rester en restauration collective et obligatoirement s’inscrire dans le dispositif prévu. Ici toutes les séquences du PEDT sont encadrées par du personnel qualifié, là les plages horaires dégagées sont insuffisantes et les activités se résument à de la surveillance assurée par des bénévoles sans formation aucune. A l’inverse de la collectivité voisine  ici, dans cette collectivité les NAP sont totalement gratuites, et une aide est accordée par un tarif de restauration établi en fonction du quotient familial. Ici la suppression du retour à la pause méridienne est partiellement compensée par une allocation annuelle de 135€/E, là les familles victimes de la même mesure de suppression ne perçoivent pas un centime… les exemples pourraient très certainement se multiplier et le DDEN peut très facilement aider à la prise en compte de ces discriminations pour en atténuer les effets et c’est dans cette perspective que nous pouvons inscrire ses interventions.


                                               

Rapport d'activité 2016

Rapport d’activités 

                   Enquêtes – visites

              100 visites et 300 conseils d’écoles. Rencontres, réunions et ou contacts avec parents, enseignants, élus locaux, conseillers départementaux, services de l’Education Nationale : IEN – DSDEN, organisateurs de transports scolaires- Maison départementale du Tourisme – Association des Maires -OCCE – CANOPE 52- Ligue de l’Enseignement et tous nos partenaires associatifs départementaux pour la plupart d’entre eux ici présents ou représentés. Les DDEN peuvent offrir bénévolement une disponibilité de tous les instants sur la totalité de notre département, au service de notre Ecole publique. Des milliers de km parcourus (3000 pour le seul Président) uniquement défrayés par une possible déduction fiscale et seulement lorsque ces déplacements sont assurés dans le cadre de l’activité de l’Union départementale.    

      Ecoles fleuries

      Outre les missions relevant directement de la fonction des DDEN définie par le code de l’Education, notre Union a relancé le partenariat avec l’OCCE, la Maison départementale du tourisme et le Conseil départemental, pour le concours des écoles fleuries auquel ont participé : St-Blin - Bannes – Prez sous la Fauche et Bricon .

  Arbre de la Laïcité.

         Pour la 2ème année consécutive l’opération « Arbre de la Laïcité » connut un franc succès. 20 arbres plantés sur chacun des secteurs de tout le département : Elèves –Parents – Enseignants –Associations - Elus   ……. tous, réunis, unis et unanimes pour rappeler et réactiver la nécessaire défense de ce principe  de laïcité à l’Ecole. Pour cette journée accompagnée financièrement par le Conseil départemental toutes les collectivités sollicitées par chacun des Présidents de secteurs ont apporté un concours sans réserve aucune. Saluons également le travail des élèves et de leurs enseignants pour l’imagination dont ils ont fait preuve pour « habiller » cette séquence laïque de leurs textes, poèmes, chants et dessins. Remercions également le Lycée Charles de Gaulle pour les écriteaux et Merci Madame l’Inspectrice d’Académie pour nous avoir accompagnés et soutenus dans cette opération.  2016 : Arbre départemental à l’ I.A. Pour 2017 je laisserai le principal intéressé vous en informer.

  Renouvellement quadriennal

         L’exercice écoulé nous a également mobilisés pour le renouvellement quadriennal. Démarches diverses, réunions et contacts multiples nous ont permis non seulement de ne pas voir baisser nos effectifs (97) constatés au 31/12/2014 mais également des les « passer » à 100 malgré les démissions.

         Je n’ignore en rien l’engagement et l’investissement du noyau dur qui n’a rien lâché et qui a tout fait pour ne pas se laisser se vider des secteurs entiers de notre département. Je ne peux pas passer sous silence l’accompagnement de tous les instants d’Annie Bonnet qui, comme à son habitude, a suivi au jour le jour chacune des phases de cette opération aux allures parfois acrobatiques. Merci ANNIE. Actuellement tout le département est couvert, certes les 165 écoles ne sont pas toutes pourvues d’un DDEN mais le maillage mis en place ne peut que s’étoffer au fil des mois et des 4 années à venir.  1 DDEN pour chaque Ecole ! Véritable défi à relever !  Ensemble, avec vous tous, j’en suis persuadé nous pouvons réussir !

 

  Le DDEN à la recherche d’une plus grande reconnaissance

          Chacune et chacun d’entre nous peuvent aider, contribuer à la satisfaction de cet objectif. Il nous faut être reconnus dans notre mission, notre rôle ; pour ce faire, bien sûr nous devons déjà veiller à l’accueil et à la prise en charge de nos jeunes dans les meilleures conditions possibles d’hygiène et de sécurité mais désormais notre fonction couvre des secteurs multiples bien au-delà du seul scolaire. A l’exclusion des pratiques pédagogiques, vous pouvez vous intéresser à bon nombre de situations qui peuvent conditionner une meilleure réussite des élèves. Oui, les projets de construction, l’aménagement des bâtiments, l’organisation des circuits de transports scolaires, la restauration, les PEDT, la carte scolaire avec les regroupements et leur incidence sur la mixité sociale souhaitable… chaque DDEN au vu de chaque situation peut s’investir d’une façon partenariale pour aider à trouver la meilleure piste à emprunter. La pertinence d’une observation, un avis circonstancié ou une simple information vous positionneront au mieux dans les instances de concertation déjà institutionnalisées ; là encore à priori personne ne refuse notre concours mais trop souvent notre souhait de siéger ou dans un groupe de travail ou dans une commission est ignoré. Pour ce qui concerne l’Education Nationale, les relations établies avec l’administration (I.A. IEN) ne posent aucun problème et nous n’avons qu’à nous féliciter de la collaboration établie entre nous en dehors de toute subordination hiérarchique, ce qui facilite l’engagement du DDEN médiateur Une difficulté apparait parfois au cours du mois qui suit la rentrée. La visite de l’Ecole et l’entretien avec Directrice ou Directeur d’Ecole nécessitent une plage horaire suffisamment large pour une approche sérieuse de la situation ; par ailleurs nous sommes conscients de la montée en charge des tâches administratives et autres en cette même période ; enfin Directrices et Directeurs d’écoles ne bénéficient pas toujours d’une décharge de service en adéquation aux besoins du moment……alors quelle place nous accorder ? à quels moments ? dans quelles conditions ? Directrices et Directeurs d’Ecoles ne pourraient-ils pas bénéficier de décharges de services institutionnalisées pour raisonnablement prioriser ces visites et rencontres. ? Nous sommes prêts à entendre quelques suggestions à cet égard.

Un engagement à la carte

         Toute cette activité déployée, envisagée ou souhaitée requiert de la part de chacune et chacun d’entre nous un engagement qui peut aller de la simple visite et de l’enquête de rentrée avec écoute et communication d’informations, obtenues en conseils d’Ecole, jusqu’à un investissement total dans tous les domaines qui nous sont ouverts et accessibles. A chacun de prendre la part qui lui convient le mieux, sans sacrifier, sans même altérer les moments indispensables à préserver. Le numérique peut nous alléger la tâche et un seul DDEN relais informatique par secteur suffirait dans la quasi-totalité des cas à assurer une communication maximale entre vous, entre nous et avec le National.

Dans ce rapport d’activités, j’entends remercier aussi toutes celles et tous ceux qui m’ont aidé et accompagné depuis 2 ans, en particulier les DDEN relais, les Présidents de secteurs, les Administrateurs, les Vice-Présidents en charge des circonscriptions, le responsable et l’animateur du site internet et notre animatrice mise continuellement à contribution en toutes circonstances Annie Bonnet à qui je laisse présenter compte financier et bilan 2016 puis budget prévisionnel 2017.

                                                                         André GUYOT

        

                                                                Président départemental de l’U.D.52

Date de dernière mise à jour : 19/09/2017

  ->   L'adressier 2019 - 2020 est disponible sur la page Documents disponibles